GEORGES RICARD-CORDINGLEY

GEORGES RICARD-CORDINGLEY

La ligne d’horizon est l’évocation de l’infini.

 

GEORGES RICARD-CORDINGLEY1

Né en 1873 à Lyon, Georges Ricard-Cordingley a passé sa vie, à sillonner terres et mers.  il connaît dès sa jeunesse à Paris, puis à Londres, une gloire précoce à laquelle il renonce en embarquant pour Terre-Neuve.
Expérience décisive dans l’orientation de sa vie. De Londres à Sydney, en passant par Marrakech, de Boulogne-sur-Mer « l’incontournable pôle de ses voyages maritimes » à Cannes, il a mené, comme un sacerdoce, une vie entièrement dévouée à la peinture,
sa passion, son métier, sa raison de vivre.

GEORGES RICARD-CORDINGLEY

La passion de Ricard-Cordingley pour l’océan s’est révélée au cours de son séjour outre-Manche.  la vie très rude en mer conforte l’artiste dans sa vocation : peindre la mer sous tous ses aspects, en traduire toutes les émotions, immortaliser la vie des gens de mer et leurs grandeurs.
« La ligne d’horizon est l’évocation de l’infini. » (G. Ricard-Cordingley)

GEORGES RICARD-CORDINGLEY2

Georges Ricard-Cordingley3

ricard CORDINGLEY4

  • Ne pas peindre avant d’avoir tout résolu par le dessin
  • Les accents de l’eau sont très intenses, comme violets. Les vagues se modèlent par les reflets obliques.
  • La ligne d’horizon est l’évocation de l’infini.
  • Faire une étude d’après nature ce n’est pas accumuler tous les détails possibles, c’est chercher tout ce qu’on peut supprimer comme parties nuisant à l’impression d’ensemble qui, seule, compte.
  • Il faudrait avoir deux ou trois palettes, dont une pour le ciel qu’on ne salirait pas.
  • Toujours peindre pour soi-même pour exprimer sa pensée sans jamais songer qu’elle doit être mise sous d’autres yeux. Cela développe l’individualité et par conséquent le charme.
  • Quel que soit le but, quelle que soit l’intention de l’artiste, la rigueur de la forme est comme l’armature sur laquelle toute l’œuvre repose, la condition essentielle à toute possibilité de vie et de réalité. Celle-ci se retrouve dans tous les chefs-d’œuvre, sans exception.
  • Nous sommes limités en face de problèmes illimités.
  • Tout tableau qui n’est pas l’orchestration d’une harmonie (mineure ou majeure) est une trahison envers la nature, l’art et sa propre pensée.
  • Marche à suivre pour l’observation d’un bon croquis de huit minutes : 1. grand ligne de la composition : 2 minutes – 2. les trois valeurs d’ensemble : 2 minutes – 3. Les accents de puissance : 1 minute – 4. le morceau central d’intérêt avec autant de minutie et d’exactitude que possible : 3 minutes et à volonté.
  • Comme ces fleurs ramassées seulement au sommet des montagnes, l’inspiration est une fleur seulement cueillie aux régions élevées de la pensée.
  • Je ne veux voir que le ciel, la mer et les monts qu’aux heures d’harmonie. Je ne veux pénétrer dans l’âme humaine qu’en ses heures de vaillance et d’amour.

 

image.php
Hubert Hamot Numartis

 

Mots clés Technorati : ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *