Une oeuvre d’art

Classé dans : mes articles, Numartis | 0

L’oeuvre d’art du point de vue du spectateur

hokusai numartis

jackson_pollock_3 numartis

kandinsky.numartis

Léonard de Vinci numartis

michel ange2 numartis

monet cathedrale numartis

Warhol-numartis

Soulages numartis

L’objet, le beau, l’oeuvre

L’œuvre d’art existe par le public, ses choix, ses décisions, et ses rejets. Qu’il soit éclairé ou profane, c’est lui qui construit cette relation à l’objet et sa symbolique.

Ce statut d’oeuvre endossé par l’objet n’est pas immuable, il est variable selon la période, la liberté individuelle, l’éducation, la religion, l’économie… Cela va même jusqu’à donner cette qualité à des objets fabriqué sans intention artistique à l’origine. Le temps et la rareté sont également des critères de valeurs artistique.

Quels sont ses critères de jugement du public d’art ?

  • Le plaisir qui procure une émotion, une réaction.
  • Le beau qui touche les sens, et les sentiments.

L’art est le langage du beau, de la mise en scène, de la déformation du réel, pour parler de l’universel.

A ce titre le beau ne se résume pas à une simple esthétique qui réduirait son spectre à la douceur et à la simple copie de la nature. L’art interpelle l’homme dans ses noirceurs et dans ses doutes aussi.

La révolution Du XXème siécle

Le vingtième siècle a connu une double révolution que nous ne faisons que digérer aujourd’hui.

  • L’abstraction a sorti la peinture de l’expression humaine de la nature dans une copie ou dans une interprétation.
  • Marcel Duchamps (ready made) a bouleversé le rapport à l’oeuvre d’art en plaçant l’accent sur le choix sur l’artiste et sur sa démarche intellectuelle plutôt que sur l’habilité et la technique.

De nombreuses dérives ont succédées à ces deux étapes de l’histoire de l’art, elles ont troublé la lisibilité de l’oeuvre d’art pour le public. Ce n’est d’ailleurs qu’après quelques décennies que ces nouvelles formes d’expression artistique ne deviennent compréhensibles et lisibles.

Le rapport au beau est aujourd’hui fortement influencé par des mouvements de fonds qui forme le goût. Il se forge par l’exposition permanente et par le choix de prescripteurs. Les médias, la publicité utilisent les codes artistiques auxquels ils donnent une place dans l’univers visuel contemporain et dans la culture populaire. Ainsi, le Pop Art a été très employé, il est devenu un mouvement reconnu et assimilé par tous.

Ce système exclu les formes complexes et plus difficiles à interprété. Il a également amené le milieu de l’art contemporain a recherché un extrémisme forcené vers des codes de plus en plus complexes jusqu’à en oublié que l’art est fait pour communiquer, pas pour exclure.

Pour une nouvelle relation à l’oeuvre d’art

Je plaide pour une nouvelle relation à l’oeuvre d’art, plus simple, dans la continuité et l’assimilation de la philosophie du vingtième siècle.

  • Le choix de l’abstraction ou de la figuration sans opposition ou hiérarchie,
  • le langage des couleurs grâce à l’ expressionnisme,
  • Utiliser les nouveaux outils et parler de la société moderne, dans l’esprit du Pop Art.
  • Proposer une relation nouvelle à l’oeuvre d’art par l’impression. Désacraliser l’oeuvre (Duchamp)
liberty-pop jolie-america

 

image.php

Hubert Hamot Numartis

Mots clés Technorati : ,,,

Laissez un commentaire